À Propos De Nous

Lettre du Président et Fondateur

Mohammad Tarbush

Diplômé de l'Université d'Oxford, Écrivain, Banquier et Philanthrope.

En tant que banquier, Monsieur Tarbush a occupé différents postes de direction à la BAII à Paris ainsi qu'à la Deutsche Bank et l’UBS en Suisse. Parallèlement à ses fonctions en tant que banquier, il est président du conseil d’administration de United Palestinian Appeal (UPA), l’organisme de bienfaisance basé à Washington DC. l'UPA s'est vu attribué quatre étoiles par Charity Navigator.

 

En tant qu’exilé palestinien, ayant vécu la majeure partie de ma vie en Europe, je constate une similitude frappante dans la manière dont le problème palestinien est abordé de nos jours aux États-Unis et celle dont il fut traité par les médias européens dans les années soixante-dix.

À cette époque, les Européens ne mentionnaient guère ou rarement le fait qu’Israël s’est construit sur la destruction systématique et préméditée des maisons et des exploitations agricoles palestiniennes ; que des centaines de milliers de Palestiniens furent chassés de leur terre pour être remplacés par des immigrants juifs ; que le terrorisme organisé devint une spécialité sioniste par excellence. En bref, que c’est en niant aux Palestiniens le droit d’exister qu’Israël a pu se bâtir.

Israël était communément perçu comme un « État moderne luttant pour sa sécurité ». Les pratiques oppressives exercées sur les Palestiniens qui réussirent à rester sur place après la création de l’État en 1948, les agressions commises contre les pays Arabes voisins, furent invariablement ignorées, voire même excusées par l’Occident. Le refus catégorique d’Israël d’accorder aux réfugiés palestiniens le droit de retourner sur leur terre natale, fut accepté dans l’indifférence ou, au mieux, il ne fut pas contesté.

Heureusement, mis à part, les États-Unis et une poignée de pays toujours récalcitrants, la plupart des nations reconnaissent désormais que le peuple palestinien a bien été victime d’une injustice flagrante. Ce changement profond de la perception de la question palestinienne est né en grande partie en raison de la croissance exponentielle, à la fois quantitativement et qualitativement de la société civile dans le monde entier.

Le temps et la mondialisation ont permis de faire éclater au grand jour la tragédie palestinienne et l’on entend désormais de nombreuses voix s’élever, notamment celles d’éminentes personnalités juives, qui exigent que justice soit enfin rendue. L’arrivée d’internet a ouvert une brèche dans le monopole que les médias occidentaux détenaient jusque-là, permettant une diffusion impartiale des constantes violations des droits de l’homme auxquelles se livrent les autorités israéliennes, mettant en lumière les actes de torture que subissent les prisonniers palestiniens et l’expropriation des terres et des biens.

Le développement des systèmes d’information et l’essor des réseaux sociaux, ont permis de mieux faire entendre les voix des victimes et de renforcer leur impact sur les esprits.

Aujourd’hui, en s’appuyant sur tous les moyens légaux disponibles, l’heure est venue d’œuvrer pacifiquement pour la restauration des droits des peuples Palestiniens et de bâtir un futur au sein duquel ce peuple vive libre dans la dignité, où tous les droits humains de ses membres, notamment le droit inaliénable à l’autodéterminations seront reconnus et respectés et où les souffrances humaines et les pertes matérielles endurées pendant ces soixante-six dernières années connaîtront enfin réparation.

L’Ombudsman Association pour la Palestine (OAP) entend apporter sa modeste contribution en concrétisant les objectifs cités ci-dessus, notamment en relançant le débat de la question palestinienne et en le traitant à la source. Dans une brochure intitulée Palestine ou Israël que j’ai publié quand j’étais étudiant, en 1971, je concluais par ces mots : « La Justice est indivisible ; ce qui est juste pour les juifs doit l’être également pour les Palestiniens ». Aujourd’hui, ce principe demeure inchangé. Il sera le fondement même de nôtre modus operandi. 

 

Mohammad Tarbush 

 

Date de naissance *
E.g., 06/27/2017
Les fichiers doivent peser moins de 3 Mo.
Extensions autorisées : png gif jpg jpeg.
Les fichiers doivent peser moins de 5 Mo.
Extensions autorisées : png gif jpg jpeg.
Pièces jointes
Les fichiers doivent peser moins de 5 Mo.
Extensions autorisées : txt doc pdf docx.

Vertical Tabs

Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter dès à présent pour obtenir les dernières mises à jour

Contactez-nous

Vous êtes les bienvenus à nous contacter via notre e-mail

Dans les réseaux sociaux

Suivez-nous dans nos comptes de réseaux sociaux